Quelques uns des produits conseillés

 

Phytothérapie, aromathérapie, gemmothérapie, nutrithérapie.... Toutes ces méthodes de soins que l'on qualifie souvent de médecines naturelles, complémentaires, ou holistiques, s'appuient pour la plupart sur des traditions très anciennes. 

Elles sont de plus en plus utilisées, mais le sont-elles à bon escient ?? 

Il existe des contre-indications d'utilisation et des intéractions qu'il  est important de connaître pour ces traitements, tout comme en médecine conventionnelle ; Elles nécessitent des précautions d'emploi, des posologies, des voies d'absorptions selon l'âge mais aussi selon les pathologies diagnostiquées par le médecin. 

Tous ces facteurs seront analysés lors de l'entretien personnalisé.

Ces thérapeutiques complémentaires permettent un renforcement du traitement allopathique en cours, un maintien d'un bon état de santé, et une amélioration du bien-être.

 

l'aromathérapie

Def : Ingestion, massage ou inhalation d'huiles essentielles ou d'essences aromatiques ainsi que l'utilisation d'huiles végétales ou hydrolats.

Le terme « aromathérapie » lui-même fut forgé en 1928 par R.M. Gattefossé. Ce chercheur lyonnais poursuivit ses travaux et ses recherches pendant plusieurs décennies. Une anecdote célèbre raconte qu’il se brûla gravement la main lors d’une explosion dans son laboratoire et qu’en la plongeant sur le champ dans un vase remplit d’huile essentielle de lavande, une guérison ultra-rapide, sans infection ni trace cicatricielle s’ensuivit.


En 1931, R.M. Gattefossé publie son ouvrage « Aromathérapie », dans lequel il décrit ses expériences et ses découvertes. Il fut le premier à montrer les relations structures/activités des composants aromatiques et à codifier les grandes propriétés des arômes naturels.

 

Les huiles essentielles: 

Elles sont obtenues par distillation à la vapeur d'eau de plantes aromatiques. Les plantes sont mises dans un alambic, la vapeur d'eau brise les cellules à essences et entraine les molécules aromatiques. Le refroidisseur provoque une condensation brutale de l'eau et des molécules aromatiques; à la sortie de l'alambic, un vase florentin ou un essencier sépare l'Huile essentielle qui flotte à la surface de l'eau de distillation : l'Hydrolat; durant la distillation, les molécules aromatiques subissent un ensemble de réactions d'oxydoréduction qui leur confèrent des propriétés thérapeutiques spécifiques. Une huile, en fonction de sa composition, possède une activité principale, dû à son principal composant, mais elle en présente également d'autres. Ces différentes propriétés sont liées à ces multiples molécules, c'est pour cela qu'une huile pourra être à la fois, antiseptique, antifongique et calmante, par exemple.

Le fait de mélanger certaines huiles entre elles permettra d'y apporter une synergie et donc une meilleure efficacité.

Les essences : 

Les molécules aromatiques stockées au niveau des poches à essence des agrumes sont obtenues par expression mécanique. On utilise un pressoir afin de briser les cellules à essences présentes dans les zestes frais et d’en récolter les essences.

Elles ne subissent aucune modification biochimique.

Les hydrolats: 

Ils sont constitués par la vapeur d'eau condensée lors de la distillation de la plante aromatique pour l'obtention des huiles essentielles.

Ils ont une faible concentration en molécules aromatiques (entre 1 et 3%) et donc présentent moins de contre indication d'emploi que l'huile essentielle.

Attention ne pas confondre avec l'eau florale, qui n'est pas toujours issue de la distillation.

Les huiles végétales : 

Huile grasse obtenue par première pression à froid de graines ou de fruits de diverses plantes oléagineuses. Elles doivent être vierges (non raffinées).

Souvent utilisées comme support des huiles essentielles dans la préparation d'huiles de massage, de baumes ou lotions.

Elles jouent un rôle nécessaires pour la peau : protection nutrition et régénération en la préservant du vieillissement cutané grâce à la présence d'acides gras et de vitamines.

 

La phytothérapie

 

Traitement ou prévention des maladies par l'usage des plantes.

"L'emploi des plantes dans un dessein thérapeutique remonte à la plus haute antiquité et concerne un grand nombre de civilisations. Des écrits chinois sur ce sujet datent de plusieurs millénaires. D'autres proviennent de la Grèce antique (rédigés par exemple par Hippocrate ou Dioscoride), du Moyen Âge arabe (textes d'Avicenne, essentiellement) ou du Moyen Âge occidental (textes de l'école de médecine de Salerne, en Italie).

Certains de ces anciens traités de phytothérapie ont été créés à partir d'observations faites sur des malades. D'autres sont inspirés par l'ésotérisme (comme ceux de Paracelse), par la magie, les rites sociaux ou la religion.

Au début du xxe siècle, la phytothérapie est plus ou moins oubliée, concurrencée par l'efficacité des médicaments, dont beaucoup sont d'ailleurs fabriqués à partir de plantes. Elle réapparaît en même temps que se développent l'acupuncture et l'homéopathie."

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical »

Les plantes médicinales :

Elles peuvent être utilisées entières ou sous forme d'une partie de plante (racine, feuille, tiges ...) et possèdent des propriétés médicamenteuses.

Après transformation chimique, les plantes sont vendues sous forme de tisanes, de liquides, de sachets ou de gélules.

 

Les tisanes :

Les tisanes sont des médicaments magistraux peu chargés en principes médicamenteux, pouvant être édulcorés légèrement, et qui servent de boisson habituelle aux malades. Elles utilisent toujours l’eau comme excipient.

  • l’infusion: consiste à verser sur la plante de l’eau potable à ébullition et à laisser refroidir. On compte 5mn pour les fleurs et les feuilles à 20 mn pour les racines.

  • la décoction: la plante est maintenue dans l’eau à ébullition

  • la macération: la plante est maintenue en contact avec l’eau à température ambiante pendant 30mn à 5h.Faire suivre d’une décoction, sauf pour les plantes dont les principes actifs sont sensibles à la chaleur

  • la digestion: la plante est maintenue en contact avec l’eau à température inférieure à celle de l’ébullition mais supérieure à la température ambiante pendant une durée de 1 à 15h (ex digestion à 60°)

La gemmothérapie :

Elle repose sur l'hypothèse que les tissus embryonnaires végétaux en croissance (bourgeons frais, radicelles ou jeunes pousses) renferment toute l'énergie nécessaire au développement de la plante et possèdent des vertus particulières. 

Les macérâts sont élaborés à partir de bourgeons ou de parties jeunes de la plante. Ils vont être broyés et mis à macérer dans un mélange d'eau , de glycérine et d'alcool. 

Ces préparations de bourgeons sous forme de macérâts glycérinés stimulent les organes d'élimination, exercent une action drainante et facilitent la désintoxication de l'organisme.

 

autres :

La poudre :

Elle est préparée après dessiccation de la plante. La drogue végétale est traitée de façon à assurer son homogénéité et faciliter son administration. Elle se fait en 2 étapes : pulvérisation et tamisage

On la retrouve sous forme de poudre titrée ainsi qu'en gélules.

 

les extraits :

 

Sont des médicaments préparés par évaporation jusqu’à consistance fluide, molle ou sèche d’un suc ou d’une solution obtenue en traitant une substance végétale par un véhicule vaporisable tel que l’éther, l’alcool, l’eau ou un mélange de ces solvants.

LES SIPF:

Les suspensions intégrales de plantes fraîches se présentent sous forme de suspensions cellulaires extrêmement fines : ceux sont des broyats composés de la totalité de la drogue végétale fraîche en suspension dans de l’alcool afin d’assurer leur conservation. Ce procédé préserve l'intégralité des constituants de la plante.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Maryline Gandon aromathérapeute dans l'Yonne 2017